ECOVOLONTARIAT A KUMA-ADAME DE PRESERVATION ET DE LA RESTAURATION DE LA FLORE A PAPILLONS DE LA FORET CLASSEE DE MISSAHOE


BUT 

Œuvrer au redéploiement  de la faune aux papillons dans un milieu qui leur est favorable et que délibérément l’action humaine détruit.

OBJECTIFS

  • offrir à ces insectes un lieu de vie et de reproduction  en leur  assurant leur quiétude
  • promouvoir et faire  la production de pépinières de certaines espèces de plantes à fleurs qui fourniront à ces insectes de quoi se nourrir en favorisant ainsi leur prolifération
  • aménager des espaces pour faire pousser des fleurs sauvages, en vue d’offrir une meilleure protection à ces protecteurs de forêts
  • sensibiliser sur la nécessité de préserver la faune des papillons et la flore des plantes surtout médicinales

CONTEXTE

Les papillons : un rôle majeur dans les écosystèmes
Les papillons figurent parmi les meilleurs bio-indicateurs et  témoignent  de la santé des écosystèmes.  Leur grande diversité et  leurs exigences écologiques variées (de nombreuses espèces de papillons ne vivent que dans un type d'habitat donné et, dépendent d'un très petit nombre de plantes-hôtes), ainsi que leur état  reflète fidèlement le niveau de qualité des différents milieux naturels. Lorsqu’une espèce de papillon  disparaît dans un  écosystème, c’est la preuve que cet écosystème est très perturbé.  Les papillons jouent également  un rôle important dans les chaînes alimentaires et l'équilibre des écosystèmes, parce que étant agents pollinisateurs et proies pour les oiseaux, les chauves-souris et les batraciens. Ils transportent le pollen jusqu’à une fleur femelle, ce qui permet la reproduction de la plante. En protégeant donc  une espèce de papillon, on protège en même temps tout un ensemble d'espèces animales et végétales qui lui sont directement liées, ou qui ont les mêmes exigences écologiques.

UNE MENACE TERRIBLE SUR LA FAUNE DES PAPILLONS ET INSECTES DE KUMA

Si les causes du déclin des insectes  telles que les pertes de l’habitat, l’utilisation des insecticides, le changement climatique et la raréfaction des plantes hôtes sont plus justifiables,  celles liées à la prédation directe que font subir les populations sur les  insectes sont très  suicidaires et nuisibles à leur écosystème. En capturant les insectes par les filets et les pièges, les populations de Kouma-Konda s’inscrivent dans cette logique de prédation des protecteurs de forets que sont les papillons et autres insectes du milieu.

HISTORIQUE DE LA CHASSE AUX PAPILLONS A KUMA-KONDA

Les villages  Kouma-Adamé et Kouma- Konda partagent l’histoire des liens familiaux très étroits. Le village de Kuma-Konda est créé en 1920, à la suite d'une querelle familiale qui a divisé une partie de la population de Kuma-Adamé et l’a  poussée à s'installer ailleurs sur une terre voisine. Les 2 villages  révèlent  un potentiel touristique remarquable de par leur  localisation, les plaçant à proximité de la ville de Kpalimé et de la grande forêt classée de Missahoe, qui abrite une grande quantité de papillons et d’insectes et regorge de plantes différentes aux propriétés médicinales étonnantes. Cette faune minuscule d’insectes  a intéressé bon nombre de scientifiques et de collectionneurs du monde entier, gonflant un peu plus chaque année la renommée touristique des deux  villages.
La chasse aux insectes et aux papillons surtout  a donc débuté il y a une quarantaine d'années et s'est accentuée au fil des années. Beaucoup de jeunes des villages s'adonnent à cette activité, voyant les importants revenus que celle-ci peut apporter.  Les jeunes posent des pièges ou s'élancent dans la forêt munis de filets, sans vraiment prendre en compte la rareté des insectes ou le fait qu'ils soient mâles ou femelles. Aucune protection n'existe à ce sujet, menaçant chaque jour un peu plus la survie de dizaines d'espèces. Mais comment parler de protection à des gens qui vivent parfois uniquement grâce à cette activité?  La localité  est alors  réputée  pour ses peintures végétales et ses collections d’insectes

KOUMA-KONDA : Etude Botanique et Peinture végétale

A Kouma-Konda, la peinture végétale  est une spécialité du milieu. Un art particulier qui est  transmis  à des milliers de visiteurs et jeunes de  la localité.   C’est  une  peinture  qui utilise les graines  et les fruits des plantes  pour la peinture et la décoration. Une ballade féconde au cœur de la  forêt fait découvrir  les liens qui unissent populations et biodiversité. Par des ateliers créatifs, les peintres  démontrent leur peinture végétale. Des moniteurs d’un art particulier qui  savent   livrer leur science à tout visiteur curieux.   Ils sont également connaisseurs des plantes médicinales et de leurs valeurs curatives. Ils savent  faire connaitre les végétaux et leurs rôles dans l’écosystème pour une meilleure compréhension de la protection et de l’utilité des forêts. 

PROGRAMME DU SEJOUR 3

1ère semaine

Jour 1 : Accueil à l’aéroport et installation dans un hôtel à Lomé
Jour 2 : Formalités administratives, visite du marché des fétiches, d’un zoo, de la plage de Lomé ( cocobeach, Marcello beach…)

Jour 3 : visite de la ville historique d’Aného ou l’océan Atlantique et le lac Togo se croisent, visite de la maison des esclaves, Traversée par pirogue pour aller à Togoville (ville historique où fut signé le traité de protectorat avec le colonisateur allemand…rencontre du roi et des prêtresses vaudou gardiennes des traditions)

Jour 4 : départ sur Kuma-Konda (lieu d’hébergement) situé à  130 km  de Lomé. Intégration culturelle, rencontre avec les autorités locales et les comités de développement

Jour 5 à 10 

Matin : Réalisation des études, conception des pépinières et mise à  terre des plants selon les périodes  

Après-midi : Education environnementale et autres activités planifiées (exploration de la faune des papillons, peinture végétale….)
Repos, quartier libre 

Jour 11 à 12 : Trek de 2 jours de découverte des villages du canton   de KUMA
Jour 13 :Repos

Jour 14 : rencontre bilan et de synthèse avec les groupes locaux et retour à Lomé

Jour 15 : Restitution synthèse de la mission, visite de la ville de Lomé et départ pour l’aéroport le soir.